Translate

French Arabic Bulgarian Chinese (Simplified) English German Greek Italian Japanese Korean Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Turkish Vietnamese

Visitors Counter

450384
TodayToday213
YesterdayYesterday522
This_WeekThis_Week3801
This_MonthThis_Month11452
All_DaysAll_Days450384

 

 

 

 

 

GYURI LOHMULLER

Lohmuller Gheorghe

33, rue Octavian Goga

500147 Brașov –ROUMANIE

Email : gyurka2@yahoo.com

Site internet : https://sites.google.com/site/surrealpaintings/

 

 

Quelques sites pour voir les œuvres de l’artiste : 

http://www.saatchionline.com/gyurka 

http://artodyssey1.blogspot.ca/2012/12/gyuri-lohmuller.html 

http://www.vagallery.com/gyuri-lohmuller.html

 

 

BIOGRAPHIE

 

Peintre indépendant – depuis 1990 jusqu’à présent

 

Artiste né à Gataia, département de Timis, Roumanie, en 1962. Il suit une formation industrielle, au Lycée technologique et fait ensuite divers emplois parmi lequel technicien physiothérapie EEG à l’Hôpital psychiatrique Gataia – Timis. Après 1990 se consacre entièrement à la peinture.   

 

Peintre autodidacte, pour lequel «l'émotion est l'Art». «Une œuvre qui ne produit pas une émotion vive, n'est pas du tout art». Avec expositions en France, Autriche et Hongrie, il aime surtout les thèmes surréalistes, celles qui lui donnent de plus la liberté souhaitée.

 

«Mon parcours en exposition n’est pas long, parce que j'ai toujours préféré travailler en silence, seulement moi et mon art.

 

J'ai découvert ma propre peinture et ma propre technique, je peux dire, parce que je n'ai jamais vu quelqu'un peindre depuis nombreuses années après mon début. 

 

Certains de mes professeurs m'ont aidé à traverser la voie, je peux citer le peintre bien connu Komisarsky qui a été d'une grand aide, à Resita, pendant mes études de 3 ans à l'École des arts populaires. Retour à la Haute École à Gataia, prof. Lia Berghea avait découvert mon talent et a constamment stimulé mes idées. Puis, en travaillant à l'hôpital psychiatrique, je suis vraiment devenu celui qui je suis, grâce au grand médecin Radu Ricman, ancien directeur, avec qui j'avais beaucoup de riches rencontres culturelles. Il m'a offert la chance d'exposer en Bourgogne, à Fontenay - La forge, en janvier 1993.

 

En 1997, j'ai eu une exposition à Gataia, ma ville natale, à la «Maison Nationale». Puis, c’était la galerie privée Jacky Pitaud dans Monbart, France, qui a fait exposer mes œuvres, en 1997 -1998, ensuite une galerie privée célèbre à Budapest, en 1998 et en 2005 j'ai participé à une exposition de groupe en Autriche, à Obenwart.

En 2011 j'ai participé a un festival-concours au Touquet – Paris Plage, pendant 3 jours.

 

Les quelques articles au sujet de mon art ont été écrits dans les journaux locaux:

 

- "Le contorsionniste du pinceau", auteur: Sorin Moraru, dans "Timpolis"

- "Un grand anonyme", par le prof. Weissman Herbert,

- "Gataia - plus tentant que Munchen" par Claudiu Aldea

- "Choisi par la foi", par Mihaela Stoicoiu

 

En outre, il y a quelques années j'ai eu un interview à la télévision nationale.

Tout cela m'a aidé à résister pendant de longues années à partir du moment ou j'ai quitté mon emploi, mais croyant  en l'art, et jusqu'à nos jours. J'arrive à survivre de mes peintures, mais difficilement. De plus, j'ai perdu beaucoup à cause de ne pas pouvoir prendre de bonnes photos de mes peintures, parce que je n'ai pas les moyens d'acheter une bonne photo-caméra.

 

Mais pour moi, l'art c’est quelque chose vital, je me nourris avec, c'est quelque chose inséparable de mon corps.

  

 

Voici certaines de mes réflexions artistiques:

 

Si jamais je réalise une bonne peinture, je vais être excusé d'avoir été un peintre.

 

Il semble absurde, mais il est plus important rechercher le bonheur que de le trouver.

 

La peinture est le seul domaine d'activité où on peut se permettre un pas en avant ayant la liberté de détruire.

 

Au moins, je suis l'inventeur de mon art. Je n'ai jamais vu quelqu'un peindre.

 

La liberté absolue est nuisible à l'art.

 

Dali a prouvé que l’on peut toujours créer du vrai art même en pleine liberté.

 

Art: Un beau parc avec ses allées sinueuses, mais n'ayant pas de raccourcis.

 

Pour créer, l'artiste doit imiter quelque chose, qu'il n'a jamais entendu dire qu'il existe.

 

Qu'est-ce qu'un peintre ridicule, celui qui essaie d'embellir un nu!

 

La vie d’un peintre moderne est pareille à la vie du 19-e siècle pour les chercheurs d'or.

 

« La peinture doit être plus qu'une chanson dans la salle de bain. »

 

GYURI LOHMULLER

.